Les Chasseurs en avant, l'artillerie au milieu,
Les biffins, les biffins en arrière,
Les Chasseurs en avant, l'artillerie au milieu,
Les biffins, les biffins à la queue
*
LA SIDI-BRAHIM

C'est l'Hymne traditionnel des Chasseurs. Il symbolise l'héroïsme et l'esprit de sacrifice d'une poignée de Chasseurs qui, pendant les combats de Sidi-Brahim (Algérie, 23-24-25 septembre 1845), résistèrent à des milliers de cavaliers Arabes avant de succomber sous le nombre.

I.  Francs chasseurs, hardis compagnons,
    Voici venir le jour de gloire.
    Entendez l'appel du clairon
    Qui vous présage la victoire.
    Volez, intrépides soldats,
    La France est là qui vous regarde.
    Quand sonne l'heure du combat,
    Votre place est à l'avant-garde !

REFRAIN    En avant, braves bataillons,
                Jaloux de notre indépendance,
                Si l'ennemi vers nous s'avance,
                Marchons, marchons, marchons !... (bis)
                Mort aux ennemis de la France ! (bis)

II.  Quand votre pied rapide et sûr
      Rase le sol, franchit l'abîme,
      On croit voir à travers l'azur
      L'aigle voler de cime en cime.
      Vous roulez en noirs tourbillons,
      Et parfois limiers invisibles,
      Vous vous couchez dans les sillons
      Pour vous relever plus terrible !
                                 (Au refrain).

III. Aux champs où l'Oued Had suit son cours,
     Sidi-Brahim a vu nos frères
     Un contre cent lutter trois jours
     Contre des hordes sanguinaires.
     Ils sont tombés silencieux
     Sous le choc comme une muraille.
     Que leurs fantômes glorieux
     Guident nos pas dans la bataille !
                                 (Au refrain).

IV. Héros au courage inspiré,
     Nos pères conquirent le monde
     Et le monde régénéré
     En garde la trace féconde.
     Nobles aïeux, reposez-vous.
     Dormez dans vos couches austères,
     La France peut compter sur nous, Les fils seront dignes des pères !
                                 (Au refrain).

    (Après la Guerre de 1870-1871)
V. Surprise un jour, frappée au cœur,
    France tu tombas expirante.
    Le talon brutal du vainqueur
    Meurtrit ta poitrine sanglante.
    O ! France relève le front.
    Et lave le sang de ta face.
    Nos pas bientôt réveilleront
    Les morts de Lorraine et d'Alsace !
                                 (Au refrain).

    (Après la Guerre de 1914-1918)
VI. O morts, nous vous avions promis
     De libérer le territoire ;
     Ils sont chassés nos ennemis,
     Nous vous apportons la victoire.
     Sous vos lauriers dormez en paix
     Face au vaincu qui nous regarde,
     C'est au bord du Rhin, désormais,
     Chasseurs, que nous montons la garde !
                                   (Au refrain).

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts.