Suite à la 1re guerre du Golfe, apparaît le besoin impérieux d’accroître le réalisme de l’entraînement des forces. Des études et expérimentations sont menées en ce sens. Le 3 mars 1993, une structure expérimentale est créée à Mailly le Camp. C’est de cette impulsion que naît, le 1er octobre 1993, le Centre d'Entraînement Expérimental (CENTEX). Sa mission consiste alors à étudier les caractéristiques d'un futur centre d'entraînement des unités de l'arme blindée et de l'infanterie du niveau du sous-groupement.
Il doit, de ce fait, se consacrer à la mise au point du concept tactique des exercices ainsi qu’à la définition des moyens de simulation nécessaires au réalisme de l’entraînement et au suivi de ces exercices. Il doit également élaborer une démarche pédagogique permettant aux troupes qui viennent s’entraîner d’analyser leur travail en profondeur dès la fin de chaque combat pour en tirer tous les enseignements possibles. « L’ennemi », appelé force adverse (FORAD), est constitué par les troupes de passage venant s’entraîner sur le camp de Mailly.
En 1996, la phase expérimentale s’achève et le centre devient pleinement opérationnel sous une nouvelle dénomination : Centre d'Entraînement au Combat (CENTAC). Il est intégré dès l’année suivante au sein du Centre de Préparation des Forces (CPF) qui vient d’être créé à Mailly le Camp. Le CENTAC appuie dès lors la préparation opérationnelle des sous‐groupements tactiques interarmes mis sur pied par les forces terrestres dans le cadre soit de leur entraînement soit de leur préparation à l'engagement opérationnel.
Depuis 2013, le CENTAC était l’héritier par filiation directe du 5e régiment de dragons, mais la mise en place du nouveau modèle de l’armée de Terre « Au contact » a conduit à la reformation de cette unité comme régiment des forces. Il fallait donc attribuer de nouvelles traditions au CENTAC.
Le 1er juillet 2016, le Chef d’Etat‐Major de l’armée de Terre décide d’attribuer au CENTAC les traditions du 1er bataillon de chasseurs.
Le 12 juillet 2016, le commandant des forces Terrestres, le général de corps d’armée Sainte‐Claire Deville remet le fanion du Premier bataillon de Chasseurs au colonel Benquet, officialisant ainsi la nouvelle appellation « CENTAC ‐ 1er bataillon de chasseurs ».
Intégré au commandement de l’entraînement et les écoles du combat interarmes, le bataillon intervient dans le dispositif de préparation opérationnelle rationnalisée avec pour cible le combat générique haute intensité.
Le 1er janvier 2019, selon les directives du CEMAT, le CENTAC ‐ 1er bataillon de chasseurs reprendra sa dénomination originelle de « CENTAC ‐ 1er bataillon de chasseurs à pied ».

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts.