Panoramique « Dégâts suite au bombardement
du 3 au 4 mai 1944, Mailly le Camp ».
© Tous droits réservés.

La région de Mailly, à seulement 150 km de Paris, retient dès la fin du XIXe siècle l’attention du haut état-major pour sa situation géographique propice aux manoeuvres. Le camp, créé le 2 juillet 1902, devient rapidement un lieu privilégié d’expérimentation des nouvelles techniques de guerre (notamment pour la récente aviation). Symbole de son implantation, la commune dont il dépend demande et obtient l’autorisation par décret en 1903 d’apposer « le Camp » à son nom original. Ainsi Mailly devient Mailly le Camp.
Lieu de grandes manoeuvres, dans une région stratégique, le camp de Mailly accueille même des troupes de l’armée de la Russie impériale avant la Première Guerre mondiale, jumelées alors avec le 1er bataillon de chasseurs en garnison à Troyes. Le camp sera également témoin des terribles combats du début de la Première Guerre mondiale. En effet, lors de la bataille de la Marne en septembre 1914, les avant-gardes allemandes atteignent la crête du Mont-Clavet mais doivent se replier au nord du camp quelques jours plus tard, après de violents combats contre les troupes françaises appuyées par les feux du 62e régiment d’artillerie de campagne installé sur les Monts-Marains. Durant cette période, le 1er bataillon de chasseurs fait une halte dans sa progression à Sompuis, village jouxtant le camp.
 Une batterie de 155 mm au tir sur le camp. © A. Nieps.
Une batterie de 155 mm au tir sur le camp.
© A. Nieps. Tous droits réservés.

Le camp est utilisé à partir de 1942 par l’armée allemande. Dans la nuit du 3 au 4 mai 1944, l’infrastructure du camp est entièrement détruite par 1 500 tonnes de bombes larguées au cours d’un raid de bombardement d’environ 380 appareils de la Royal Air Force destiné à détruire les formations blindées signalées dans le camp. Le camp de Mailly s’inscrivait dans la liste des cibles prioritaires. Les pertes sont sévères des deux côtés (Allemands et Alliés), causant également de nombreux morts parmi la population civile. Repris par les troupes américaines et transformé en camp de prisonniers allemands, il repasse sous commandement français et voit s’y installer le 3e régiment d’artillerie. Dans les années 1980, celui-ci sera le premier des cinq régiments d’artillerie à recevoir le système d’armes Pluton de la composante nucléaire préstratégique.
A la suite de la guerre du Golfe au début des années 1990 apparaît le besoin impérieux d’accroître le réalisme de l’entraînement des forces. Des études et expérimentations sont alors menées en ce sens auprès de l’armée de Terre américaine, qui utilise des moyens de simulation depuis le début des années 1980. Le 3 mars 1993, l’état-major de l’armée de Terre décide donc de créer à Mailly le Camp, alors 32e Groupement de Camp – 3e RA, une structure dédiée à cette vocation.


En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts.